Francais 

Centre International de Recherche et de Développement de l'Haptonomie

CIRDH Frans VELDMAN    
9 bis Villa du Bel Air - 75012 Paris
HAPTONOMIE AUTHENTIQUE ®

Frans VELDMAN

C'est dans "Amour et raison", son deuxième livre paru en France, que Frans VELDMAN livre quelques éléments de son parcours biographique et intellectuel, ce dont il était avare habituellement, effaçant la plupart du temps sa personne derrière sa découverte ; notamment dans les pages 145, "Ce qui précéda mes études et recherches" et 389, dans l''Epilogue" du même livre. Ceux qui l'ont connu au fil du temps en l'accompagnant dans son enseignement et ses recherches peuvent témoigner du fait qu'il incarnait non seulement l'authenticité de ses idées et de son goût du Bon et du Beau de la vie, mais aussi la démarche intellectuelle inlassable du chercheur.

Il y décrit les expériences déterminantes qui l'ont conduit dans sa quête, depuis l'adolescence. Fortement curieux, indépendant d'esprit, dans une période matériellement restreinte du fait des suites de la crise des années 20, il a vécu pendant la guerre des expériences déterminantes pour sa destinée.
Il dit lui-même avoir introduit pour la première fois début 1950, son concept de la phénoménologie empirique de contact nommé "psychotactile" et de la "proximité affective", -précédant la notion d'haptonomie- à l'occasion d'une conférence dans un cadre médical.

"…je décrivis cette approche très caractéristique, pleine de respect, de sollicitude, de tendresse, transparente, sécurisante, et affectivo-confirmante qui, dans la proximité rassurante, accompagnée d'un contact tactile très spécifique , nettement humain, …thymesthésique, tient compte de l'état d’être et de la typologie individuels, ainsi que des souffrances, des soucis et des angoisses des patients ; assurant de cette façon une rencontre de confiance, dépassant le corps, mais embrassant la personne dans son entièreté, c'est-à-dire : sa corporalité animée."

On peut imaginer les résistances qu'il rencontra dans la règle de réserve distanciée et autoritaire du corps médical à l'époque face à un toucher affectif, mais l'évidence de l'apport de ses découvertes pour l'approche du malade et le soin ont fini par vaincre les résistances et l'amener même à sensibiliser les formateurs infirmiers aux Pays Bas en 1967 à la demande du Ministère de la Santé. Cela donna lieu à un livre "Lichte lasten" ("Charges légères") et à un film sur la kinésionomie clinique, terme qu'il inventa à l'époque.

En effet dans l"Epilogue" d"Amour et raison", on voit bien la démarche intellectuelle de Frans VELDMAN dans son souci constant de la vérité et de l'authenticité de cette dernière. Il était philologue et doté d'une très bonne culture classique comme l'imposait la scolarité de sa génération où les "Humanités" étaient de mise. Cela a fortement coloré le vocabulaire qui constitue la langue de cette science phénoménologique. Il remonte en effet à la source étymologique des mots et peut les attribuer à l'haptonomie d'une manière novatrice et dérangeante pour l'usage universitaire commun.

L'haptonomie ne fait pas partie des sciences dites "dures", mais elle est "empirique, phénoménologique et « expérientielle », et non expérimentale. En effet l'expérience humaine personnelle empirique vise à la compréhension, alors que l'expérience scientifique expérimentale vise plutôt à l'explication. Pourtant, bien que du domaine de l'émotion et du sentiment, de l'affectif, -c'est-à-dire du domaine du subtil-, elle est incontestablement pour qui la rencontre dans le vécu, "répétable et vérifiable" comme tout phénomène scientifique avéré. Comment expliquer le paradoxe de cette situation? Cela tient en deux mots : axiologie et transdisciplinarité.

Lire la suite

L'axiologie est "la science des valeurs, de la vérité et des conditions de la vérité, de ce qui est digne d'être pris en considération". Ainsi faut-il revenir de la notion restrictive et logique qu'a prise l'axiome en mathématiques à son sens original qui est celui des "faits incontestables et indéniables ; des vérités éclatantes".
-(P391) Autrement dit, de quitter le 1+1=2 pour passer à l'évidence répétée et vérifiable qu'une personne atteinte de maladie d'Alzheimer et agitée, impossible à calmer par le raisonnement et la semonce, répond aussitôt et s'apaise en ressentant cette forme de contact invitant, tendre, sécurisant et juste qui est "prérationnel et pré-logique" et parle à son sentiment et non à son intellect défaillant.
Ce qui fascine dans son parcours, c'est que l'observateur curieux de l'humain est rigoureux. Il illustre pleinement cette démarche axiologique en ce qu'il dit : "D'abord contempler, ensuite investiguer". Il constate et observe les phénomènes, se met en question et se donne ensuite avec beaucoup de patience l'expérience de son intuition jusqu'à parvenir à l'évidence et à la possibilité d'affirmer en toute certitude ce dont il a eu l'intuition en contemplant. En cela il applique une des règles fondamentales de la pensée haptonomique, elle-même résultant de la conceptualisation de cette intelligence à la base du vivant qu'il a nommée "hapsis". C'est l'âme qui irradie la raison et non l'esprit qui calcule rationnellement en soumettant le sentiment. En cela il est créatif à l'instar du vivant, mais scientifique dans son exigence.
Mais comment alors expliquer que nous passions de la logique dualiste du 1+1=2, à la complexité d'un sourire ou de la compassion, tout en restant pourtant ces êtres de raison qui doivent faire au quotidien avec toutes les nécessités impérieuses de la réalité soignante ?
Pour en comprendre la construction épistémologique, il a fallu sortir de la logique dualiste causaliste propre aux conceptualisations scientifiques classiques et que se produise toute la révolution conceptuelle de la pensée du complexe, avec la théorie des catastrophes, la théorie quantique, les théories du chaos, celle des fractales et surtout pour ce qui concerne l'haptonomie :
 

- La transdisciplinarité.

Grâce à ses intuitions, ancrées dans sa contemplation du vivant et des phénomènes affectifs humains, la compréhension de Frans VELDMAN et sa théorisation ont largement anticipé non seulement les dernières orientations et connaissances qu'apportent les neurosciences sur le fonctionnement du cerveau et des émotions, mais aussi la théorisation épistémologique concernant les systèmes complexes, ce qu'est l'affectivité humaine.
La transdisciplinarité, qui éclôt un peu partout dans le monde est le domaine d'une pensée qui passe d'un champ de connaissance à un autre, non pour abandonner le premier champ, mais pour envisager les liens entre les différents champs, comme une intégration de l'un en l'autre.
L'haptonomie est certes interdisciplinaire car elle recourt aux savoirs de différents domaines tels que la biologie, la médecine et le soin aux personnes, mais la transdisciplinarité fait appel à un dépassement conceptuel bien différent qui intègre la notion de "niveaux de réalité". Chaque niveau successif, conserve les propriétés du niveau inférieur mais offre de nouvelles lois et de nouvelles possibilités. Si une mère sourit à son enfant et lui tend les bras, toute sa tendresse, sa voix, son sourire, servis par sa corporalité de rencontre vont être invitants de la réponse de son enfant. Mais si elle est triste, si elle a une hémiplégie, ou s'il est aveugle, le niveau "supérieur" émotionnel, ou "inférieur" neuro-anatomo-physiologique vont colorer tout autrement l'atmosphère de leur rencontre. Ceci en signifie à la fois la limitation, mais aussi heureusement le dépassement, car le niveau subtil de la tendresse sécurisante et confirmante de l'autre, vient modifier l'ensemble et c'est ce qui est fondamental dans la découverte de Frans VELDMAN.
Il l'a apporté de manière rigoureuse et convaincante dans le domaine du soin, de la maladie, du handicap, de la psychothérapie, mais aussi dans tout le domaine préventif si riche de l'accompagnement des parents et de l'enfant pendant la grossesse, la naissance et l'enfance. Car plus il a avancé en recherche, plus son souci que les humains soient capables d'être heureux en trouvant sens et signification à leur vie, a été au centre de sa contemplation et l'a fait remonter tôt, à l'aube de l'existence. Le chercheur ne s'est jamais réduit au travail du médecin avec le pathologique, mais l'artiste en lui s'est toujours aidé de l'observation du vivant, de sa beauté, de sa richesse et de sa créativité. Sa préoccupation essentielle fut de permettre au mieux l'éclosion du potentiel propre à chacun, selon le génie de ses talents et de ses dons dès la conception.


Pour se faire une idée de son parcours scientifique, le Synopsis de développement de l'haptonomie qui suit permettra de mesurer qu'une soixantaine d'années de recherches avec deux temps de fondation, l'originaire, néerlandais, puis le français à partir de 1978, moment de son soi-disant départ à la retraite…au soleil dans le Sud Est, ont été l'obligation éthique de sa vie pour qu'un monde de relations humaines rayonne et résiste contre l'inflation technocratique et efficace au détriment de la personne et de ses besoins fondamentaux. Le premier et le plus essentiel des besoins d'un humain est la confirmation de l'être qu'il est. Il a toujours soutenu que l'utilisation des moyens les plus avancés de la recherche médicale et de sa technologie, devaient être au service des besoins et de la considération du patient en tant que personne responsable. Il refusait qu'il soit un anonyme sans visage soumis à la tyrannie du chiffre de l'évaluation, de la statistique et de l'efficacité.

L'influence indéniable du GRENN (Groupe de Recherches et d'Etudes sur le Nouveau Né), l'intérêt passionné des psychanalystes s'intéressant à la grossesse, à la naissance et au nourrisson pour ce que Frans Veldman en a montré, le documentaire encore cité de Bernard Martino, "Le bébé est une personne" où il apparaît, l'ont conduit peu à peu à créer en France un nouveau centre de formations, le CIRDH, au lieu même où il demeurait, à OMS, dans les Pyrénées Orientales au début des années 80. C'est là que venaient des étudiants des quatre coins de la France et d'Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Luxembourg, Pays-bas, Suisse), mais aussi d'Argentine, du Brésil, du Canada, d'Israël, du Liban, de la Réunion, et même récemment pour le CIRDH parisien, du Japon.

Ses derniers travaux portaient sur le souffle et la sérotonine et leur rôle dans la communication affective entre les humains. Son dernier livre est en cours d'édition et les congrès qui ont eu lieu tous les cinq ans depuis 1990 témoignent de la variété des applications de sa découverte dans les champs les plus divers de la médecine et du social .
Manque le champ de l'éducation car c'est un pan entier d'applications de l'haptonomie qu'il n'a pas eu le temps de mettre en place alors que la guidance des enfants en difficulté en montrait avec éclat les bienfaits et qu'il l'a beaucoup explorée aux Pays-Bas comme en France. En effet le terme d'haptopédagogie peut prêter à confusion avec l'éducatif scolaire. Il témoigne en réalité du point de vue de l'haptonomie sur la manière "psychagogique", c'est-à-dire, guidante et accompagnante de la responsabilisation et de l'autonomisation de l'enfant vers son devenir une personne. L'approche affective de l'enfant qui sécurise celui-ci et lui fait vivre le Bon qu'il représente, l'aide à maturer vers son authenticité tout en étant porteur d'un sens des normes, d'une capacité de partage avec l'autre et d'identification avec lui, source d'une véritable prévention de la violence sociale et du repli groupal.

Il appartient maintenant à ceux qui poursuivent son œuvre au sein du CIRDH Frans Veldman de la transmettre dans l'esprit et la fidélité de son authenticité, tout en l'enrichissant à travers l'élargissement des expériences cliniques et des récentes découvertes de la médecine et des neurosciences, ce qu'il a toujours soutenu et voulu.